Gabriel Orozco, Diario de plantas

The image shows a white wall with seven small pictures hanging on it. It is an installation view from the exhibition 'Gabriel Orozco, Dario de plantas' at Galerie Chantal Crousel, 2022.
Gabriel Orozco, Diario de plantas, exhibition view, Galerie Chantal Crousel, Paris (2022).

Review
Gabriel Orozco, Diario de plantas
September 10 – October 8, 2022
Galerie Chantal Crousel, Paris

C’est une exposition simple, dans le meilleur sens du mot. Pas trop de concept, de cadre théorétique. Un artiste et son œuvre. Des créations fines, fragiles dans leur médium, sûres dans leur geste.

Gabriel Orozco a peint un journal des plantes. Des fleurs, plantes, papillons abstraits, traces ; sans aucune pathétique. L’essentiel, parfois enrichi par l’éclat d’or. 

Formes géométriques, en se casant dans la logique naturelle. Couleurs subtils, pales, doux. Pas d’agitation, personne ne se doit prouver.

The image shows a colored drawing in blue, green, and black, resembling a leaf. It is an art work by Gabriel Orozco.
Gabriel Orozco 23.II.22 (m), 2022. Courtesy of the artist and Galerie Chantal Crousel, Paris. Photo: Martin Argyroglo.

Références à la calligraphie Japonais, notamment dans le médium. Peut-être c’est aussi le sens d’unité avec la nature de la philosophie Japonaise qui s’exprime dans ces œuvres.

Pathétiquement : Créations de la création. Sans ardeur, ou le besoin d’y ajouter d’autre. Une interprétation modeste, consciente, parfois humoriste, parfois sérieuse ; et tout à fait honnête.

C’est comme un livre, un exercice d’un sujet. Sans un rigueur forcé; des espaces de réflexion.

Peu de Matisse, de Bacon, Dalí et Cage.
En s’inscrivant dans leur poétique et génie.

The image shows a painting hanging on a wall. The painting has a blue background with an abstract structure resembling a plant or tree in good, green, and rose tones on top of it. It is an artwork by Gabriel Orozco.
Gabriel Orozco Untitled, 2022. Courtesy of the artist and Galerie Chantal Crousel, Paris. Photo: Gerardo Landa & Eduardo Lopez – GLR Estudio.